Vous êtes ici : Accueil > Généralités
Publié : 13 septembre 2014

Ostéo4pattes,

http://www.revue.osteo4pattes.fr

Revue d’ostéopathie comparée, rassemblements d’ostéopathes, édition de contenu sur l’ostéopathie, rencontres annuelles d’ostéopathie.

  • Le Site, entre passé, présent et futur ?

    4 juin, par Jean Louis Boutin
    Ce texte nous est présenté par Jean Louis Boutin qui depuis des années a documenté solitairement le site le plus achalandé en articles sur l'ostéopathie (cocorico, je pense que nous ne sommes pas loin derrière). Il a enfin réussi à trouver une équipe pour pérenniser les ressources du site.... Mais vous verrez que les questions ici abordées résonnent avec des problématiques classiques que nous rencontrons ici aussi : comme la difficulté à faire collaborer les gens entre eux plutôt que de chacun tout faire dans son coin ... de soupçons d'intérêts à demander de l'argent quand le gentil organisateur a payé de ses deniers beaucoup de choses et en tous les cas un temps fou-fou .... Bonne lecture ! Pour information, l'ostéo4pattes paye l'abonnement du site de l'ostéopathie à ses abonnés 3* et 4*, ainsi qu'à ceux qui s'investissent mensuellement dans la revue et ses sites. Sommaire Hier, de 2000 à 2016… Un site commercial ? Et demain ? 2017 et sequor « Il me semble que je pouvais apprendre et non pas enseigner ; il me semble que j'étais en état d'être disciple et non pas maître. Mais, […] je n'ai vu sur la terre que des gens qui voulaient être maîtres et qui n'étaient pas même en état d'être disciples ». Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803), Mon Portrait historique et philosophique, 1789-1803. Publié par Robert Amadou, Julliard 1961, n° 73. Hier, de 2000 à 2016… Le Site de l'Ostéopathie a été créé à une époque où il existait peu d'information disponible sur Internet concernant l'ostéopathie [1]. Dès lors, écrire, publier, parler avec justesse de notre profession, donner des informations les plus complètes possibles sur notre métier, étaient les seules ambitions qui motivaient la création de ce média consacré à l'ostéopathie en France. Puis 2002 est survenue avec la reconnaissance dans la loi [2] de l'usage du titre d'ostéopathe et de chiropracteur. Parce qu'un élan considérable s'est levé montrant la motivation de tous les acteurs de l'ostéopathie (médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, associations, écoles, académie, administration, etc.), les États généraux de l'Ostéopathie se réunirent, auxquels j'ai pu y participer en tant que journaliste grâce à Raymond Richard et d'autres. À cette occasion, le Site a pris un tournant essentiel devenant un véritable organe de communication et de presse où l'on trouvait tout ce qui concernait l'ostéopathie, les dernières actualités, diverses réflexions et tribunes libres ouvertes à tous. Parce qu'il donnait une information sur tous les sujets, de tous les bords, le Site a très vite été reconnu comme l'outil d'information indispensable à la profession, aux professionnels, aux étudiants, au grand public… La publication des décrets en 2007, la réglementation des écoles et leur agrément de 2007 à 2010, la réforme des études et la publication des référentiels profession et formation en 2014-2015, ont permis à beaucoup de s'informer sur notre métier, sur les études, sur la formation, et l'avenir d'un métier en plein essor. Un consensus général nous offrait de toutes parts des informations pour nous permettre de jouer parfaitement ce rôle d'organe de presse indépendant. Toute cette époque de construction d'une profession, de luttes, de compromis, est maintenant terminée bien que tout ne soit pas encore achevé puisque l'ostéopathie n'est toujours pas reconnue comme une profession et qu'il reste encore de nombreux dossiers à terminer (l'expertise, la formation continue, etc.). Progressivement les choses de l'ostéopathie ont pris une dimension coutumière et se sont inscrites dans la durée avec une impression de tranquillité, presque de déjà vu ! Aujourd'hui, en 2017 Que peut apporter le Site qu'il n'a déjà fait ? À qui, pour quoi, pour qui peut-il servir et quel peut être son intérêt, si ce n'est une collection d'informations relevant désormais plus de l'histoire, et de l'histoire ancienne, puisque de nombreux professionnels trouvent maintenant tout prêt, comme sur un plateau, des formations, études, titres, et promesses même si les jeunes professionnels ne trouvent pas toujours, les débouchés qu'ils étaient en droit d'attendre ? Parce qu'il n'existait pas de structures sur Internet qui puisse le faire [3], nous avons pensé dès 2007-2008, qu'il serait bon, tout en gardant son côté information d'organe de presse, que le site évolue et devienne un acteur de partage de l'information pour : permettre la communication des différents travaux sur l'ostéopathie dans leur totalité et pas seulement à travers un simple résumé : thèses, mémoires de Master (I et II), mémoires de fin d'études en ostéopathie, travaux étrangers, articles de revues, travaux de recherche, etc. ; proposer à tous les acteurs de la profession de pouvoir consulter l'ensemble de ces données publiées sur le site avec l'accord des auteurs et des établissements de formation ; donner aux étudiants la possibilité de trouver l'information dont ils ont besoin pour rédiger leur propre mémoire Telle nous paraissait à l'époque la nécessité de créer cet espace en ligne de partage. Très vite la structure que nous avions créée a paru insuffisante d'autant que le site a été piraté, « hacké » par trois fois et qu'il nous a fallu dans l'urgence rebâtir un site de fond en comble. À l'évidence il fallait une structure stable, indépendante financièrement de son créateur. Une société a été créée, avec comme buts principaux : « - la rédaction, l'édition, la publication et la mise en ligne de sites Internet en rapport avec l'Ostéopathie ; - la vente de contenu rédactionnel, audio et vidéo sur le thème de l'ostéopathie ; - la mise en ligne de contenu rédactionnel, de mémoires de fin d'études d'étudiants en ostéopathie, de livres, de revues, d'articles, de reproductions d'articles sur le thème de l'ostéopathie » (article 2 des statuts de la SARL). En même temps, un abonnement payant a été institué dont le tarif fort modeste (50 € pour les professionnels, 15 € pour les étudiants pour une année) devait permettre de donner au site une indépendance financière suffisante pour remplir les buts que nous lui avons fixés. Le nombre de visiteurs augmentant, nous avons eu à faire à différents nouveaux problèmes techniques : Quitter l'hébergement mutualisé que nous avions depuis le début pour prendre un serveur dédié : le Site est hébergé par la société Net4All, https://www.net4all.ch. La sécurité du Site devenait prioritaire et la nécessité de prendre une agence informatique spécialisée est devenue indispensable. La sécurité et la maintenance du Site est assurée par la société HOB-Fr, https://www.hob-fr.com. À l'heure actuelle où les problèmes de sécurité deviennent prédominants, le Site se devait d'assurer la sécurité des visiteurs et d'installer un certificat de sécurité SSL ce qui modifie l'adresse qui devient https://osteopathie-france.fr un s étant ajouté après le « http». Voilà l'état des lieux aujourd'hui ! Alors vouloir servir ! et recevoir, comme critique, d'être… Un site commercial ? Contrairement à ce que certains confrères m'ont soutenu et/ou veulent croire ou faire croire, le Site n'est pas un site commercial car nous ne faisons aucun commerce, ni bénéfice, aucune manipulation ! En tant que créateur du site, moi, Jean-Louis BOUTIN, son webmestre et maintenant le gérant de la SARL Site De l'Ostéopathie, je n'ai aucun conflit d'intérêt qui puisse se présenter dans la gestion de ce site. Je n'ai jamais gagné un seul centime de franc ou d'euro avec ce site et n'en gagne aucun. Ce n'est pas le but du site, et ce n'est pas mon but personnel. Les divers abonnements et les quelques petites rentrées publicitaires que nous recevons servent à la gestion du site et à rien d'autre ! Même mes divers déplacements pour des conférences et/ou congrès sont à ma seule charge. Servir avec engagement et bienveillance, une profession que j'ai pratiquée durant près de 40 années et à laquelle je crois, ne constitue pas une activité commerciale et je pense ne pas mériter ce reproche. Alors, un simple constat Il ne s'agit pas ici de critiquer, mais de montrer la floraison récente de sites en tout genre, allant du plus simple aux plus complexes et aux plus intéressants, du graphisme aux contenus, il reste que : Le Site comporte à ce jour plus de 3000 pages (oui, trois mille) qui, pour certaines, ont largement été reprises, citées, mais également copiées sans que l'auteur ou les auteurs des « copiages » aient demandé la moindre autorisation de reproduire ou même, noté simplement l'origine de la page et son auteur. Certains mémoires ont reproduit in extenso des pages entières sans même citer l'auteur, ni en signaler l'origine, ce qui pourrait ressembler à un plagiat pur et simple. Cet espace de partage que nous voulions offrir aux professionnels et aux étudiants, d'autres en ont repris l'idée comme la FédEO [4] ou le FERO [5]. Le nombre de sites créés sur l'ostéopathie avoisine les 30.000 ! Et chaque ostéopathe voulant se montrer, propose ses propres articles, commentaires et avis d'expert…etc. La création de blog par des confrères, le plus souvent enseignants dans un établissement de formation, augmente également et contribue à une dispersion sur la Toile, perdant le novice dans une foule de données alors que les articles publiés, relayés parfois par Facebook, sont intéressants, forment à l'esprit critique, posent des questions sur la recherche, etc. On voit poindre depuis quelque temps de plus en plus de sites dédiés à la recherche, la plupart, si ce n'est presque tous, liés à un établissement de formation qui en assure le financement. De nombreux groupes se sont créés également sur Facebook à l'initiative de confrères. Si certains ne sont que des pages personnelles, d'autres sont de véritables groupes, fermés et réservés (il faut donner ses références et numéro ADELI) aux ostéopathes patentés. Ces groupes s'organisent autour des petites annonces (remplacement, vente, installation, matériel), des formations proposées, etc. Certains même offrent de partager livres ou revues scannés au format PDF, récents ou anciens, et parce qu'il s'agit ici de groupe réservé, il n'est pas tenu compte ni de la propriété intellectuelle, ni du copyright ! Oserions-nous parler de valeurs ? Parmi toutes ces créations et innovations, très peu de confrères échangent avec le Site les informations qu'ils récoltent, les livres qu'ils lisent, les comptes-rendus de congrès, de formation, etc. Même plus, il est rarissime qu'une page du Site soit référencée sur une page Facebook par un confrère… C'est aujourd'hui un mode, ou une mode : on se sert, on utilise, on laisse, on change, on prend sans demander, sur ces autoroutes de l'information, sans codes, ni principes Et demain ? 2017 et sequor ? Il est évident que si nous voulons que le Site De l'Ostéopathie perdure au-delà de son créateur pour son but initial, poursuive son activité et son but initial, et quelque soit la forme de gestion qu'il prendra dans l'avenir (SARL, association, organisme participatif, etc.) il est nécessaire et indispensable que d'autres ostéopathes viennent participer à son maintien et son développement. Sans cela et à court terme, le Site progressivement ne pourra plus se renouveler et un jour ou l'autre, à terme, fermera ses portes, emportant avec lui un peu de notre histoire, beaucoup de documents, et quelques références qui ont servies. C'est la raison pour laquelle à plusieurs reprises [6], j'ai demandé que des confrères viennent nous épauler et, dans la mesure de leur moyen et de leur disponibilité, participent à son développement. Nous sommes heureux aujourd'hui de vous présenter l'équipe qui désormais anime le Site. Alain Abehsera Pierre-Luc L'Hermite Cyril Clouzeau Frédéric Zenouda C'est une petite équipe, tous ostéopathes, mais qui ne demande qu'à s'étoffer… Aux bonnes volontés qui voudront nous rejoindre, on ne vous demandera pas de faire des articles de 40 pages, de vous occuper de technique, de traduire des livres, ou tout autre chose difficile, longue, compliquée. Non, il s'agit d'informer, juste d'informer et encore d'informer, mais d'une information recoupée, vérifiée, pertinente. Vous avez aimez un livre, donnez vos raisons. Un article de revue vous a plu, faites-nous part de votre lecture, donnez-nous l'information (titre de la revue, le lien du site, l'auteur ou les auteurs, la date, le numéro, les références complètes…) Vous avez fait un stage, participé à une formation, donnez votre point de vue, ce que vous en avez retiré, ce qui a changé dans votre pratique Vous avez assisté à un congrès, faites-en un compte-rendu avec une ou deux photos… Vous découvrez un site intéressant, grand public ou professionnel, ostéopathique ou médical, français ou étranger, partagez l'information Vous n'êtes pas d'accord sur un article, sur un écrit, n'hésitez pas à donner vos raisons et votre désaccord… Alors, si vous désirez nous rejoindre et participer à l'aventure, proposer votre critique et votre énergie éditoriale c'est simple : écrivez-nous ! Mais avant tout, inscrivez-vous, abonnez-vous. Sans abonnement, il n'y a plus de Site De l'Ostéopathie Et pour ceux qui doutent encore de la firme multinationale que je représente, voici quelques chiffres : Budget prévisionnel 2017 Recettes : 7000 € Dépenses : 8000 € Déficit 2016 : 240 € Déficit prévisionnel : 1.000€… Visiteurs du Site (moyenne 2016) 1.643 visiteurs par jour dont 1.088 visiteurs uniques 50.172 visiteurs mensuels dont 32.661 visiteurs uniques Références [1]. Le site de Pierre Tricot et celui du ROF et quelques autres personnels. [2]. Loi 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé - Article 75 : ostéopathie et chiropratique. Notons au passage que le vote par le Sénat de l'article 75 a été retransmis en direct sur le site. [3]. L'Académie d'Ostéopathie qui a référencé une grande partie des mémoires d'étudiants, ne propose qu'un résumé sans pouvoir, pour la plus grand majorité d'entre eux, consulter directement le document sur Internet. [4]. Fédération nationale des étudiants en ostéopathie (FédEO) propose un Partage de mémoire : la dynamique est lancée ! via son site : http://fedeo.eu/partage-de-memoire-la-dynamique-est-lancee (consulté le 21/05/2017). [5]. Federal European Registrer of Osteopaths (FERO) a créé un site spécifique où il met à la disposition les mémoires qui ont reçu le label FERO : http://www.fero-science.com/librairie (consulté le 21/05/2017). [6]. Pourquoi renouveler son abonnement payant au Site de l'Ostéopathie en 2017 ? https://osteopathie-france.fr/l-osteopathie/actualites/2941-pourquoi-renouveler-son-abonnement ; Vous et le Site de l'Ostéopathie, https://osteopathie-france.fr/osteopathes/2854-le-site-de-l-osteopathie-et-vous et Abonnement au Site de l'Ostéopathie, https://osteopathie-france.fr/osteopathes/1538-abonnement-au-site-de-l-osteopathie#activit%C3%A9-du-site.
  • Axitlas 2017, Résultat.

    2 juin, par Ostéo4pattes-Vetosteo
    Sommaire Rappel du principe Participants Résultat Rappel du principe : Le prix Axitlas récompense un travail sur l'ostéopathie comparée (toutes espèces, homme compris) ou toute médecine apparentée. Quiconque le désirant peut présenter son travail (mémoire, thèse, etc.) Les votants sont les abonnés aux sites de l'ostéo4pattes. Le vote est électronique sur une période de 15 jours minimum. Participants : Delphine Delassus : Étude prospective sur la mise en place d'un protocole d'analgésie par acupuncture lors de césarienne de convenance chez la chienne Angélique Bloino : Chaleurs infertiles chez la vache laitière multipare : étude préalable de l'incidence d'une séance d'ostéopathie sur la fertilité d'un lot de Prim Holstein. Résultat : Pourcentage de votants : 22/163 soit 13.5 % des votants. Avec deux participants, seul le troisième prix est décerné. Troisième prix : Angélique Bloino : 17 voix, soit 77% des suffrages exprimés. Chaleureux remerciements à Delphine Delassus (11 voix ; 50 %) pour sa participation et toujours désolé quand un travail n'est pas retenu, mais il sera publié dans le 4Pattes. Delphine sera aussi invitée à participer gratuitement aux rencontres et recevra la revue pour un an et l'agenda 2017. Les Lauréats recevront leur prix en présentant leur travaux aux rencontres d'ostéopathie comparée (N°1550,1539). Et d'ores et déjà vous pouvez vous préparer à envoyer vos travaux pour le prix 2018 (Prix de Thèse / Mémoire / Rapport ? 2018) renseignements : redaction chez osteo4pattes.eu
  • Chant diphonique Niveau 2 (09)

    30 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo
    - Formations et stages
  • Ostéopathie et MTC

    29 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo —
    IL n'est pas rare d'entendre dire que l'ostéopathie et la médecine traditionnelle chinoise (MTC) sont liées .... sœurs, cousines .... Oui, mais comment ! En fait chacun qui aura étudié les deux aura fait son propre syncrétisme et aura sa propre perception du mélange. Personnellement, j'ai tendance à penser que l'ostéopathie c'est plutôt la géographie et que la MTC plutôt l'histoire d'un corps. Je me propose sur deux jours de donner quelques clés de médecine chinoise et du lien avec l'ostéopathie telle que je le conçois ... Ce stage convient à quelqu'un qui exerce l'ostéopathie animale ou humaine (plutôt façon tenségrité) et qui ne connait pas la médecine chinoise mais s'y intéresse dans son lien possible avec sa pratique. Le stage : Intervenant : Patrick CHENE à Montjoie, en Ariège (09) 28 & 29 Aout 2017, suite aux rencontres Mains & Sons (Thérapies manuelles et chants V - 2017) Demandé par l'OAE, il convient de contacter Amélie Gardelle pour les renseignements et l'inscription : amelie.gardelle chez gmail.com
  • 118 - Antibiorésistance ?

    26 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo
    Un hongre frison est emmené dans notre ferme de soins ostéopathiques pour accompagner « autrement » une prescription d'un mois donnée dans une clinique dédiée au cheval. Ce cheval F a fait une obstruction œsophagienne suivie d'une fausse déglutition il y a un peu plus d'un mois, s'en est suivie une forte infection des sinus et des poumons qui ont très fortement mis en jeu le pronostic vital de ce cheval de 16 ans. Les soins intensifs prodigués ont permis au sens propre de rattraper la vie de F et lors des différents examens, il a été isolé la bactérie jugée responsable de l'infection pulmonaire qui n'est sensible qu'au chloramphénicol. Tout de suite, vous voyez le problème : le chloramphénicol étant interdit, la prescription antibiotique fournie pour un mois n'est qu'un pis allé et aucunement satisfaisante ni au regard de l'efficacité rationnelle, ni du problème d'antibiorésistance qui enfle dans l'actualité. Après un mois de clinique, F arrive à la ferme avec un bon 39 dépassé quasi permanent, une toux profonde, un jetage assez abondant et d'une odeur douteuse. La dernière échographie avait montré des abcès pulmonaires à profusion dont le volume générait sûrement l'engorgement lymphatique sternal observé. Personne ne sait à ce moment-là la suite de l'histoire tant tout parait branlant et le traitement instauré plus symptomatique qu'étiologique. Les propriétaires pensent qu'une approche différente pourrait aider à basculer dans le sens de la guérison. Aussi nous allons avoir ici une approche de médecine intégrative qui inclura un peu de médecine vétérinaire habituelle, de l'ostéopathie, de l'aromathérapie. Voici un résumé des concepts et traitements mis en route, mais qui demandent l'effort voire la nécessité de penser autrement. Le traitement antibiotique sera conservé 5 jours sur le mois prescrit, juste pour assurer la transition dans une situation de stress (Transport, changement de lieu, dromadaires dans le paddock voisin) puis arrêté : rationnellement il ne touche pas le germe incriminé et dans ce cas, la priorité est de renforcer l'immunité plutôt que de continuer à détruire le microbiote sans raison objective. De tous les autres traitements symptomatiques des bronches, seul la N-acétyl cystéine sera conservée pour fluidifier les sécrétions. C'est mon choix de vétérinaire : je compte sur l'observation, les traitements ostéopathiques, aromathérapiques et l'alimentation pour gérer le cas. L'ostéopathie, celle qui utilise la tenségrité cellulaire (in extenso qui pense cyto-squelette et mécano-transduction avant de penser chimie cellulaire) met en évidence sur F une forte anomalie de la tension de la moelle épinière sur un dos qui est ensellé depuis de nombreuses années. Cet ensellement (ici à 6 ans sur la photo) n'est pas un détail car l'expérience clinique nous a montré que ce qu'on appelle la neuro-immunité dépend de la tension physique de la moelle (comme un fil dans un collier de perles) et que de moduler cette tension permet de réguler l'immunité globale dans une certaine mesure. Et c'est ainsi que l'on a accès à des traitements de pathologies comme l'emphysème ou la DERE, dont le traitement devient alors très facile. Cette même ostéopathie de la tenségrité notera une forte tension sur la loge viscérale thoracique (on s'en serait douté) mais aussi sur la sphère abdominale et le gros intestin (GI) en particulier, ce dont ne s'étonnera pas quelqu'un qui connait la médecine traditionnelle, laquelle enseigne que poumon et GI sont inextricablement liés. Ce qui signifie dans ce cas que l'on n'aura accès au poumon qu'en soignant le gros intestin (ostéopathie et soin au microbiote). Il recevra sur un mois une dizaine de soins ostéopathiques durant lesquels sera suivie l'évolution des tensions : résolution rapide de la tension médullaire avec effet immédiat sur l'ensellement et nous l'espérons sur l'immunité. Effet immédiat sur les tensions digestives qui disparaissent en quelques jours et effet plus lent sur le poumon en 10 jours environ. L'hypothèse de travail est que la pathologie pulmonaire a été d'une grande gravité d'abord et avant tout parce que cet ensemble (moelle, GI, poumon) était perturbé de façon quasi asymptomatique depuis longtemps. Pour l'aromathérapie, le traitement est à base de lavande : 12 gouttes matin et soir sur un crouton de pain. La lavande parce qu'avant d'être antiseptique cette huile est immunostimulante et par voie orale et non par inhalation parce que les composés volatils s'évaporent depuis le sang vers toutes les alvéoles alors que la présence de pus dans les bronchioles, de mon point de vue, rend moins efficace la voie aérienne. Au bout de 15 jours la lavande est remplacée par l'estragon (7 gouttes matin et soir sur du pain) encore moins antiseptique et plus immunorégulateur. Puis plus rien sur la fin du mois de soin. Côté alimentation, F est habitué à beaucoup d'herbe et des rations riches en glucides, et dans un premier temps, n'accepte que l'herbe riche et verte de printemps. Il accepte peu le foin et encore moins le foin mouillé et légèrement fermenté (24H dans de l'eau déjà ensemencée) riche en probiotiques. Pourtant les glucides bloquent les récepteurs du gout à l'amertume qui, en même temps qu'ils servent à repérer l'amertume, stimulent l'immunité des muqueuses (IGA, fonctionnement des cils muqueux). Nous insistons donc et un compromis sera trouvé avec F : 1/3 de floconné fibreux qu'il apprécie avec les bouchons de foin sans mélasse, le tout mélangé à de l'eau riche en probiotiques. F finira par bien accepter le foin sec. Au bout de 10 jours de présence et de soins, il est évident que F est tiré d'affaire : il tousse beaucoup moins, les écoulements nasaux sont peu fréquents et d'une meilleure odeur, l'œdème du sternum a disparu. Et au bout d'un mois il va très bien et repart chez lui. (Photo prise de retour dans son pré ; merci à sa gardienne) La description rapide de ce cas n'est pas là pour savoir qui a fait quoi pour F : les deux façons de penser et traiter la pathologie ont pour moi été importantes et nécessaires, et je suis bien conscient d'avoir pris un train en marche déjà bien tenu fermement sur ses rails par toute une équipe à saluer. Mais ce cas amène de fait à se pencher ensemble sur les problématiques très actuelles que notre profession ne peut éluder : La place des médecines complémentaires dans l'arsenal médical ne devrait plus être une anecdote qui fait sourire certains mais elle devrait faire partie intégrante du diagnostic de première intention : dans le cas de F, l'ensellement ancien, la tension intestinale et la ration riche en glucides (problèmes d'immunité) étaient, nous l'avons vu, prépondérants pour comprendre la gravité de l'infection ; introduire ces concepts dès le départ auraient assurément permis d'économiser temps, énergie, médicaments, argent … Prescrire sur le long terme (deux mois) un antibiotique supposé non efficace sous prétexte que l'antibiotique qui serait efficace est indisponible, en raison de notre mode de pensée qui a rendu automatique la prescription antibiotique en cas d'infection, ajouté au manque de conceptualisations différentes, est d'abord peu scientifique et pose, de mon point de vue, un questionnement fondamental quant aux phénomènes d'antibio-résistance et vis-à-vis de notre part de responsabilité collective. Enfin, une des problématiques soulevées récemment sur la motivation de nos jeunes (dont 20% abandonnent la pratique diplôme en poche) me semble provenir de ce même constat : l'équation douleur = anti inflammatoire et l'équation infection = antibiotique sont par trop simplissimes, et nous mettent de surcroit à la merci de la législation et de l'industrie pharmaceutique, faisant de nous de sages exécutants sans grande perspective intellectuelle. Pourtant, je ne sais pas pour vous qui avez lu le résumé du cas ci-dessus mais en ce qui me concerne, j'ai grand plaisir à participer à la résolution, avec peu de moyens, de cas « graves » en utilisant des concepts prétendument « hors des données actuelles de la science », et pour moi, ce plaisir est sans aucun doute consubstantiel de l'envie ou non d'exercer de nos jeunes … à méditer.