Vous êtes ici : Accueil > Généralités
Publié : 13 septembre 2014

Ostéo4pattes,

http://www.revue.osteo4pattes.fr

Revue d’ostéopathie comparée, rassemblements d’ostéopathes, édition de contenu sur l’ostéopathie, rencontres annuelles d’ostéopathie.

  • 48C- Cas clinique : Noë, Matin Espagnol 1 an 1/2 réformé des courses

    21 juin, par Yves Joly — K Cliniques
    Cas clinique N°1 Noë de Madame Zonzon, Matin Espagnol 1 an 1/2 réformé des courses de lévriers en Espagne 1) Identité : Race : Mâtin espagnol, né 15/03/12, mâle entier Age : 5 ans 2) Motif consultation : 02/11/13 Réforme de courses de chiens en Espagne, mange de la terre régulièrement, maigreur extrême, boit et urine trop ! 3) Examens cliniques : 3.1.) Examen Clinique classique : Défaut total d'appui sur les 2 postérieurs. Il rechigne à monter les escaliers de la maison. Ce chien est instable lorsqu'on le pousse latéro-latéalement sur les hanches. La maigreur importante poids : 32 kg = frise la cachexie. Tristesse générale, manque d'appétit, absence de jeu, incontinence urinaire à la maison avec poly uro poly-dypsie (boit 4l/jour) pour cause de myosite, pancréatite. Positif en cPL (lipase pancréatique canine) et leishmaniose ( sérologie positive leishmanose), 38°8 C sont les traits caractéristiques de l'état général du chien. De plus, les selles plus ou moins liquides, sont nauséabondes. Des lésions cutanées de décubitus sur les tarses et les carpes par friction sur le sol, avec un squamosis large sont facilement visibles. 3.2.) Examen Clinique ostéopathique : Il se caractérise par un ilium gauche dorsal, une L6L7 enfoncée en ERSg, des douleurs des 2 psoas, une laxité des 2 hanches avec slack (jeu) articulaire latéro-médial des 2 hanches important et signe d'Ortolani positif. De nombreuses articulations intervertébrales sont fixées (ficheZONZON021113) Les tensions musculaires sur les squelettes axial et appendiculaire sont multiples. L'utilisation en course de lévrier intensive sans respect de l'animal explique l'état. Les viscères sont en tensions majeures notamment les méso intestinaux. 3.3.) Examens Complémentaires : Une échographie de la rate révèle une dilatation de l'organe, mais sans hétérogénéité ni anomalies. La lipasémie est supérieure à 6000 UI et le test cPL est positif. Une radiographie des hanches en position classique avec mesure des angles de Norber Olson confirme la dysplasie (angles <100°). Une coproscopie en flottation montre la présence d'ascaris. 4) Traitements mis en œuvre : 4.1.) Traitement classique Le traitement classique de la pancréatite a été Clamoxyl ND à 10 mg/ kg matin et soir 2 mois – vitamine E 500 mg (TOCOND)matin et soir 4 mois, Glucantime ND 0,33 ml/kg / jour 3 semaines Zyloric 15 mg/kg matin et soir 6 mois. Compte tenu de la présence d'un autre chien à la maison et de chats, la sociabilisation de l'animal est conseillée et mise en œuvre par le propriétaire. Un plan de vermifugation tous les 3 mois est mis en œuvre à la milbemycine (MilbemaxND). 4.2.) Traitement ostéopathique Le traitement ostéopathique traite la psoïte, les fixations facettaires le long du rachis de l'articulation atlanto-axiale à la fixation de l'articulation sacro-iliaque gauche. (cf fiche du 021113), la régularisation de la tension de la chaîne centrale, et le déroulement facial des 4 membres de l'animal. Le traitement intracrânien s'est axé sur les anomalies de densités cérébrales traitées par induction compression. La faux du cerveau de mobilité réduite, est relancée par MRP. 5) Suivis médicaux 5.1.) Suivi médical classique Le traitement médical de la pancréatite dure jusqu'au 8 Mars 2014 pour le ClamoxylND, le traitement en supplémentation de vitamine E (TocoND) est pulsé 15 jours par mois à partir de cette date du 8 Mars. Il est poursuivi depuis, l'effet antioxydant du tocophérol agissant également au niveau des tensions musculaires. 5.2.) Suivis ostéopathique : Le chien est revu les 24 Mai 2014 et 8 Novembre 2014 (cf fiches cliniques). Une amélioration constante de son état clinique a été constatée : la polyuro polydipsie a disparu après 1 mois de traitement médical, la démarche est quasi normale le 24/05/14 quand le poids est de 38 kg. Il reste une laxité des 2 hanches. La chaîne centrale est toujours sous tension : elle induit une tension des piliers du diaphragme. L'articulation sacro-iliaque gauche est reliée à l'articulation atlanto-axiale gauche et nous la retrouvions lors des consultations des 24 Mai et 8 Novembre. Le déroulement fascial des membres est effectué à chaque consultation. Il libère la mobilité selon la propriétaire et rééquilibre la souplesse avant arrière main. Dès Décembre 2013 un gain de souplesse a été noté, et la musculature s'est redéveloppée à ce moment. Les manipulations fasciales des mésos intestinaux ont été effectuées à chaque consultation. Elles ont à chaque fois amélioré le transit digestif et le comportement de l'animal. 6) Pronostic : Compte tenu de l'anatomie de Noë, nous retrouvons la chaîne centrale sous tension à chaque consultation. Nous pensons qu'elle le sera toujours : en effet, la dysplasie gauche est surtout, le défaut de bord acétabulaire dorsal, laissent par le jeu en piston de subluxation de la tête fémorale, une tension permanente sur les muscles fessiers superficiels, qui se traduit par une bascule dorsale de la palette iliaque gauche. Elle se répercute par la chaîne fasciale dorsale jusqu'à l'occiput. 7) Discussion – Intérêt du cas : De nombreux chiens réformé des courses espagnoles se retrouvent dans des états alarmants (1). La dysplasie du chien, souvent considérée comme délabrante et invalidante, justifie pour certains propriétaire une euthanasie hâtive à notre avis. Noë apport la preuve qu'un traitement mixte ostéopathique et médical classique, 2 fois par an permet une vie comme chien de compagnie d'excellent qualité. Nous avions proposé au propriétaire un suivi tous les 2 mois pour assurer nos manipulations. Le fait de ne le présenter que tous les 6 mois n'a en rien gêné l'effet des manipulations. L'amélioration de la consistance des selles si elle procède d'une vermifugation adéquate, est apparue dans les jours qui suivent le second traitement ostéopathique (28 Mai 2014). La puissance des manipulations viscérales est réelle (3). La relation entre l'intestin et le cerveau est évoquée par de nombreux auteurs. Dans la mesure où la propriétaire nous a signalé dès la première manipulation une amélioration du comportement, une baisse de l'émotivité, et un relationnel plus facile avec les humains et les chiens, nous pensons que la combinaison du traitement intracrânien et des mésos intestinaux améliore le comportement des animaux stressés. Bibliographie : 1 - http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/28/en-espagne-le-calvaire-des-levriers_4389935_3244.html 2 - Lon D LEWIS, Mark L. MORRIS, Jr Michael S. HAND, (1988), Alimentation clinique des petits animaux, III, Tableau 12 page 1.22, 3 – J.P. BARRAL, 2004, Manipulations viscérales 2, Elsevier, 225p. Annexe 1 : Fiche clinique Propriétaire Zonzon Anne line Animal :Noë Mâtin Espagnol né le 15/03/12, 32 kg Schéma postural et lésionnel Anamnèse – Examen clinique (locomoteur, viscéral) Diarrhée – maigreur cachectique – 33 kg – marche anormale sur les 2 postérieurs - dos voussé – Douleur a pression pancréatique confirmant la pancréatite biochimique – hypertrophie de rate – tension sur les méso-intestinaux- polyuro-polydypsie Diagnostic - type de fixation Dysplasie bilatérale des 2 hanches : test d'Ortolani positif bilatéral : fixation musculo-ligamentaire. Psoïte bilatérale : fixation musculaire articulation sacro-iliaque G en fixation ligamentaire Hypertrophie de la rate : prévoir échographie à relier à la leishmaniose Fixation facettaire des articulations C0C1, C3C4, D1D2, T13L1L2 Traitement Traitement en induction (Compression - extension) des 2 psoas Traitement structurel sur C0C1, D1D2, T13L1L2, L6, SIg Traitement fascial sur les méso-colon et méso-grêle, déroulement fascial des 4 membres. Traitement myotensif indirect sur C3 Les densités cérébrales intracrâniennes sont traitées. La faux du cerveau est relancée par exagération de lésion. Conclusion - suivi Les fixations facettaires en chaîne expliquent la gravité de l'état général et sont le reflet des tensions musculaires extrêmes sur la chaîne centrale. Au vu de la gravité des lésions les traitements médicaux de la pancréatite et de la leishmaniose priment. La chaine musculaire centrale (cervicale ventrale, abdominale viscérale) est en tension majeure : elle est traitée en facia par traction globale Le chien est revu à 2 mois Annexe 2 : Fiche clinique Propriétaire : Zonzon Anne-line Animal : Noë Mâtin Espagnol né le 15/03/12 38 kg Schéma postural et lésionnel Anamnèse – Examen clinique (locomoteur, viscéral) Beaucoup moins de diarrhée – maigreur – 38 kg – marche quasi normale sur les 2 postérieurs – dos amélioré : monte les escaliers joue un peu à la maison–– tension sur les méso-intestinaux Diagnostic - type de fixation Dysplasie bilatérale des 2 hanches : test d'Ortolani positif bilatéral : fixation musculaire : l'étirement des membres est possible. articulation sacro-iliaque G en fixation ligamentaire Hypertrophie de la rate beaucoup moins nette Fixation facettaire des articulations C0C1, C3C4, T13L1L2 Tension sur le mésocolon Traitement Traitement structurel sur C0C1, T13L1L2, SIg Traitement fascial sur les méso-colon, les 2 piliers du diaphragme Traitement myotensif indirect sur C3 Traitement libération des méso-pancréatiques Déroulement fascial des 4 membres. Conclusion - suivi Les fixations facettaires de COC1, C3C4, T13L1L2 sont moindre rapport au premier traitement. Elles sont revenues le chien étant revu seulement à 6 mois Les lésions de pancréatite et de leishmaniose ont fortement diminué : le traitement médical prescrit a fait effet. La chaine centrale (cervicale ventrale, abdominale viscérale) est en tension : elle est traitée en fascia par traction globale comme la première fois Le chien peut être revu à 6 mois Fiche clinique : Annexe 3 Propriétaire : Zonzon Anne-line Animal : Noë Mâtin Espagnol né le 15/03/12, 44 kg Schéma postural et lésionnel Anamnèse – Examen clinique (locomoteur, viscéral) Plus de diarrhée – – 44 kg bon état – marche quasi normale sur les 2 postérieurs – dos amélioré : monte les escaliers joue normalement à la maison Diagnostic - type de fixation Dysplasie bilatérale des 2 hanches : test d'Ortolani positif bilatéral : fixation musculaire : l'étirement des membres est facile. articulation sacro-iliaque G en fixation ligamentaire très légère : la mobilisation est aisée Fixation facettaire des articulations, C3C4, T13L1L2 Traitement Traitement structurel sur C0C1, T13L1L2, SIg Traitement fascial sur les 2 piliers du diaphragme Traitement structurel direct sur C3C4 Traitement libération des méso-pancréatiques et coliques Déroulement fascial des 4 membres Conclusion - suivi Les fixations facettaires de COC1, C3C4, T13L1L2 sont moindre rapport aux premier et second traitements. Les lésions de pancréatite et de leishmaniose ont disparues : le traitement médical prescrit a fait effet. La chaine centrale (cervicale ventrale, abdominale viscérale et pelvienne) est en tension : elle est traitée en fascia par traction globale comme la première fois. Vu la dysplasie des 2 hanches, il est vraisemblable qu'elle soit un point de fragilité du chien et qu'elle récidive facilement. Le chien peut être revu à 6 mois
  • 48C - Blé, lait et œufs à la Bordelaise

    21 juin, par André Robert — Ostéo & médecines
    Depuis quelques années, je m'amuse à « tester » la nourriture de mes patients : c'est à dire que je pose la ration habituelle du chat, chien, cheval… sur sa peau en étant à l'écoute au sens ostéopathique. Pour plus de sureté, je compare avec de l'eau ou d'autres aliments. Normalement, rien ne se passe, à part la salivation des chiens. Les sensations sont identiques avec ou sans nourriture. Cependant, dans près d'un tiers des cas, rien ne va plus : le MRP, la FTM, le « calque postural » sont modifiés, et des tensions apparaissent aussitôt. Tous ces changements disparaissent dès que le contact avec l'aliment incriminé est supprimé et reviennent avec lui. On obtient le même résultat avec un flacon de Doléthal (euthanasique) ou d'alcool. A part la fabrication de remèdes homéopathiques, la bouteille de Whisky Ballantines qui trône sur ma paillasse sert uniquement à cela : faire ressentir aux clients la différence entre un bon et un mauvais ingrédient pour eux-mêmes ou pour leur animal ! Tout se passe comme si certains aliments se comportaient alors comme un poison. Sur les personnes ou les animaux qui réagissent ainsi, je retrouve systématiquement une perturbation de l'estomac et de ses méridiens, avec son cortège de symptômes associés ( + présents) : Schémas : trajets du méridien Estomac chez l'Homme et le Chien De haut en bas maux de tête sinusites, prurit facial douleur ATM, affection de la bouche angines kystes mammaires maux de ventre alopécie ou dermites abdominales blocage du bassin – cruralgies problèmes de genou vieilles entorses du pied (os cunéiforme !) Si un animal présente au moins un de ces signes, il me semble opportun de tester son alimentation. Dès la prise de rendez-vous, je demande à mes clients de venir avec les croquettes, les boîtes ou la ration ménagère. Résultat, j'ai droit en général soit à un sac de croquettes vide, soit à des croquettes seules, et au mieux avec des croquettes et un sac où est imprimé une composition très floue du style « protéolysat de volailles » ou « graisses animales »… le cabinet a donc été transformé en cuisine. On y trouve du blé, de l'épeautre, du petit épeautre, du maïs, du lait de vache, un œuf, du bœuf, du canard, du poulet, du cochon… Cela permet de préciser l'origine du trouble. Avec l'habitude, il est très rapide de découvrir une intolérance alimentaire. Pour les hommes, les plus fréquentes sont le blé, l'œuf et le lait de vache. Quand plusieurs céréales sont impliquées, on peut alors penser au gluten (pas très fréquent). Pour les carnivores : on trouve le plus souvent le blé puis le poulet, le bœuf, la dinde, le cochon, le canard. Pour les chevaux : granulés de luzerne, maïs, blé. L'éviction de l'aliment en cause est une première étape. Pas toujours facile : aller dire à un boulanger qu'il ne doit plus donner de croissant à son chien ou interdire au boucher de servir du bœuf à son chat ! Pour aller plus loin, j'ai utilisé mon expérience de l'EMDR. Quand un traumatisme survient, le corps l'engrange avec tout ce qui lui est associé : émotions, odeurs, sons, aliments ingérés, pollens respirés. Ces éléments associés font véritablement partie du traumatisme et peuvent réveiller ce souvenir enfoui généralement aux oubliettes dans le corps au niveau des cicatrices ou des organes profonds. Tout se passe comme si l'ingestion de cet aliment réveillait un ancien trauma. Ce n'est pas l'aliment qui est en cause, mais la façon dont l'organisme le reçoit. Pour mieux digérer cet aliment, il suffit de déprogrammer le trauma ou l'émotion qui lui est liée. Ce trauma est comme un Still Point. Pour lui donner rendez-vous, il faut préciser ses coordonnées de temps et d'espace. Quand : en essayant de préciser approximativement l'âge au moment du « stress ». Si l'on fait défiler le temps de la conception jusqu'au présent, une résonnance va apparaître. En pratique, on pose l'aliment sur l'animal et on visualise une chronologie partant de l'instant zéro (l'œuf) jusqu'au blocage au moment incriminé. Une tension se manifeste à l'évocation de l'âge du trauma. Où : le lieu du corps affecté est lié à la nature de l'émotion. Par exemple, une tristesse touchera le poumon et a tendance à s'éliminer par des problèmes de peau. On peut être guidé par un examen attentif du patient mais aussi utiliser les éléments chinois et leurs correspondances avec des archétypes émotionnels : En maintenant toujours le contact avec l'aliment, une résonance va apparaître avec une de ces émotions. Tout se passe comme si une intolérance était une résonance entre un aliment et une émotion à une certaine date. Conjuguer ou assembler ces 3 paramètres avec un accompagnement ostéopathique fait relâcher les tensions et améliorer la tolérance alimentaire. En fait, même si la plupart du temps, les intolérances se créent dans le jeune âge, et restent ainsi à un état inconscient, le corps connait bien sa propre histoire. Il retrouvera le chemin si on le lui indique, ne serait-ce que grossièrement. En pratique, je demande au propriétaire de supprimer l'aliment en cause pendant 1 mois. Pendant ce mois, tous les jours, en posant l'aliment sur l'animal, il doit bouger les yeux de gauche à droite en visualisant la peur, le chagrin, la colère… de son animal à l'âge incriminé. Les résultats sont intéressants : enlever une intolérance alimentaire améliore l'estomac, son méridien ainsi que l'organe qui portait l'émotion et son méridien (ex. poumon pour un chagrin). Quantités d'exémas, de dorsalgies, boiteries, coliques ont ainsi disparu. De plus, les soins ostéo habituels tiennent mieux dans le temps car non affectés par le rappel de vieux traumatismes. Cependant, quelques animaux ont déclaré de nouvelles intolérances. Depuis que je m'intéresse aux estomacs des propriétaires, ces rechutes ont disparu. Je retrouve une intolérance quasi systématique sur au moins un membre de la famille qui a un animal intolérant. Ces intolérances ont une origine lointaine, généralement avant l'âge de 6 ans. Si on retrouve le plus souvent lait, blé et œufs, c'est aussi parce que ce sont les nourritures les plus fréquentes. Beaucoup d'autres produits peuvent être trouvés : petit pois, chocolat, amandes, noisettes, fraises, bananes… Tout se passe comme si l'animal devait exprimer les misères du maître. Les informations que porte celui-ci sont ainsi les principales limites à nos soins.
  • L'Allégeoir : un indispensable (Rés)

    21 juin, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    Présentation : Il parait invraisemblable d'inventer de nos jours des choses inédites de première utilité pour les chevaux. Pourtant, l'Allégeoir est une nouveauté ayant pour vocation de devenir un indispensable. L'Allégeoir s'apparente visuellement à un protège-dents maxillaire destiné à optimiser et la locomotion des chevaux en neutralisant les contacts dento-dentaires et leur récupération en activant leur système « anti-stress », parasympathique. Sur-mesure, un seul Allégeoir suffit à accompagner la carrière d'un cheval en denture définitive. Il s'utilise hebdomadairement avec ou sans mors, éloigné ou pas du travail équestre, pendant une vingtaine de minutes. C'est en permettant au cheval de fermer sa bouche sans pressions dentaires sur un appui incisif protecteur que les bienfaits de l'Allégeoir se manifestent. Cette affirmation soulève plusieurs questions essentielles : Pourquoi est-il important de ne pas conserver les dents serrées ? Pourquoi les chevaux serreraient-il leurs dents plus que de mesure ? Pourquoi les serrages intempestifs des dents sont-ils néfastes ? Que provoque l'Allégeoir ? Comment l'Allégeoir optimise-t-il la locomotion ? Comment l'Allégeoir active-t-il le système parasympathique ? Comment l'Allégeoir peut-il être une aide Équestre ? Ostéopathique ? Comportementale ? Comment les choses se passent-elles en pratique ? Explications : Un concept général reconnu veut que l'absence des pressions dentaires soit à même d'engendrer et de maintenir un relâchement de l'organisme pour une meilleure gestion des activités dans le bon vouloir. Un autre estime que les contacts dento-dentaires en pressions ne devraient exister qu'au moment de la déglutition salivaire. Serrer les dents « à vide », pour rien, est contre-productif [6]. Concernant l'équitation, dès le milieu du XIXe siècle, l'Ecuyer Baucher disait : « Ne savez-vous pas que, comme l'homme, le cheval n'est jamais en colère, tant que ses dents se détachent facilement ? » [1]. L'engrènement dentaire est solidaire des fonctionnements musculaires de la mandibule, de la langue, des ATM. L'engrènement des molaires suppose une position unique d'intrication maximale (l'occlusion dentaire) et à cette position obéissent les éléments indiqués. C'est dire la perfection dans laquelle l'occlusion dentaire doit être entretenue afin qu'elle assure l'harmonie dans tout le corps. En effet, l'appareil manducateur est un système qui de par ses liaisons osseuses, musculaires et nerveuses, peut déranger l'organisation de l'organisme. Si un désordre local s'installe au niveau de l'engrènement molaire, capteur d'équilibre [2], il y a de grandes chances que d'autres désordres locorégionaux et généraux apparaissent. Certes, l'adaptation du cheval aux contraintes de vie compense leurs conséquences mais seulement jusqu'au moment ou un seuil est dépassé. Les pathologies débutent alors [3]. Les conditions de vie des chevaux de service sont très restrictives et leur adaptation soumise à rude épreuve. C'est ce qu'il se passe au niveau de l'appareil manducateur. Dans la nature, les chevaux broutent une quinzaine d'heures par jour [4]. Chaque cycle masticatoire comprend deux périodes consécutives très distinctes et liées : l'incision puis la mastication. L'une et l'autre se déroulent et se partagent le cycle à temps équivalents. Les cycles masticatoires sont bien étudiés quant à la forme de la dynamique de la fonction masticatoire des molaires [5] mais la fonction de l'incision due au incisives n'apparaissant que très peu dans le schéma du cycle masticatoire ne doit pas être pour autant sous-estimée. Le cycle étudié en fonction de la durée de chaque période montrerait une équivalence temporelle des deux périodes. En pratique, il suffit de regarder et d'écouter le tempo et la musique du « broutage ». L'orientation des plans incisifs et molaires sont significatifs des deux fonctions principales de l'appareil manducateur, couper et mastiquer. Il est intéressant de noter que chez le poulain les incisives apparaissent en premier ; on peut en déduire que, mécaniquement le plan occlusal incisif définit l'orientation du plan prémolo-molaire. De plus, la prédisposition des chevaux à mastiquer préférentiellement d'un côté plutôt que de l'autre est à prendre en compte. Chez les chevaux mis en écurie ou ceux restés dehors, nourris essentiellement avec du fourrage, les périodes incisives et prémolo-molaires sont notablement différentes de l'ordinaire : le temps de l'incision n'existe plus puisque le cheval ne coupe plus sa nourriture, le temps de la période masticatoire est divisé par 3 ou 4 et le système musculo-tendineux se retrouve en grands déficits de mouvements chez les uns, en surcharge de mastication prémolo-molaire chez les autres. Ces enjambements à la nature pervertissent l'occlusion dentaire au point de la rendre paradoxale. Les dysharmonies s'aggravent avec le temps du fait de la pousse continue des dents et des cycles masticatoires qui tendent vers l'unilatéralité exclusive. Dans ces conditions, la fonction incisive s'atrophie, obéit aux aberrations du plan prémolo-molaire. L'appui incisif se déforme, ne peut plus assurer son rôle de protection. L'ensemble de l'appareil manducateur entre en parafonction. Ainsi, les chevaux sont condamnés à serrer leurs dents sur des plans anormalement asymétriques devenus paradoxaux [10]. La nécessité de devoir faire les meulages des « surdents », renouvelés inégalement d'un côté par rapport à l'autre, illustre cela. Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 48C-L'Allégeoir, un indispensable (AS) Et oui, désolé, pour vivre l'ostéo4pattes a besoin de l'énergie de tous y compris financière, c'est grâce à cela que l'ostéo4pattes fête ses Treize ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit comme écrit, nous vous demandons de participer... S'abonner à la revue simplement (Pour la lire sur le net mais ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l'ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l'accès à toutes les archives est libre : S'abonner Sommaire de ce numéro : Ostéo4pattes 48C - Juin 2018
  • S'initier au toucher (Rés)

    21 juin, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    Je vous propose ici quelques réflexions au sujet de mon expérience d'enseignement de l'ostéopathie animale, ainsi que des initiations proposées à ceux qui découvrent l'univers du toucher. Enseigner, c'est aussi apprendre la relation à l'animal, à l'étudiant et à soi. Comment cerner les attentes et les besoins de chacun pour « réussir » à réaliser des techniques de toucher sur les animaux ? Deux aspects reviennent souvent. D'abord, la crainte de se tromper, la peur de faire mal, ne pas oser, le fait de ne pas savoir lire le comportement de l'animal. Ensuite, la difficulté à « réussir l'exercice », et le fait que l'animal ne serait pas coopératif ! Et oui, il sent bien le stress de celui qui apprend. Si j'évoque cela, c'est simplement parce que connaître une technique et l'appliquer sont deux aspects distincts. La confiance en soi et en son ressenti, la confiance dans l'appréciation que l'on a des attitudes de l'animal… Cela prend du temps à mettre en place. Une fois libéré(e) de cette crainte, le lien avec l'animal est plus simple et le ressenti se développe. On peut alors se centrer sur l'écoute de son compagnon à quatre pattes et de son ressenti sans préjugé ni jugement de soi. Bref le contact établi par le toucher devient alors un langage. Vous êtes peut être en train de vous dire « c'est facile pour un professionnel de dire ça, Vous êtes vous déjà imaginé ce que pouvait être le quotidien d'un ostéopathe animalier ou thérapeute manuelle ? Beaucoup de gens se disent que les personnes qui font cela ont un don. Ah oui, c'est sûr ! Pensez-vous qu'un artiste, un pianiste par exemple puisse se contenter de son don pour exprimer son talent ? Non bien sûr. Pour devenir talentueux, il faut se « libérer » de la technique et pour cela il faut la maîtriser ou du moins se l'être suffisamment appropriée pour y apporter sa touche personnelle. Le jour où on en est là, c'est plus simple. Cependant, s'il est un domaine où l'on n'a jamais fini d'apprendre, d'évoluer et de progresser, c'est bien celui-ci. Donc quels que soient vos objectifs en matière de toucher, c'est en pratiquant que vous deviendrez plus fin, meilleur. Mais ce n'est pas tout ! Le plus grand atout que l'on puisse avoir pour se lancer dans ce merveilleux univers, c'est simplement un sentiment bien naturel que chacun éprouve dans des moments différents de la vie : l'empathie, l'amour, la reconnaissance, le pardon, écouter avec le cœur… Vous pouvez vous-même choisir le mot qui illustre le mieux l'émotion qui vous interpelle… Et l'avantage c'est qu'en éprouvant ces sentiments lors des soins, cela est « thérapeutique » autant pour celui qui donne que pour celui qui reçoit. Un bon moyen de passer de bons moments avec soi et ses compagnons, de mettre le stress du quotidien de côté… Voici nos meilleurs alliés pour cultiver notre pratique, notre ressenti et la relation de confiance avec vos compagnons à quatre pattes S'ancrer et laisser aller Certes pour commencer, il va falloir apprendre et s'entraîner. J'ai volontairement choisi de vous proposer sur https://soins-et-toucher.com/ des approches simples pour que leur apprentissage reste à la portée de tous. Le plus difficile, ce n'est pas la technique, c'est le positionnement de celui qui l'apprend !Retour ligne automatique Prenons une technique simple d'exercice de mobilisation de la colonne. Pour faire court, il suffit de poser ses mains sur le dos du cheval (par exemple), d'effectuer des poussées et des tractions en utilisant le poids de son corps. Cet exercice permet d'écouter et de sentir le rythme des réponses souples et raides du corps de l'animal. Il suffit de se « balancer lentement en restant souple physiquement et mentalementRetour ligne automatique » ! Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 48C - S'initier au toucher (AS) Et oui, désolé, pour vivre l'ostéo4pattes a besoin de l'énergie de tous y compris financière, c'est grâce à cela que l'ostéo4pattes fête ses Treize ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit comme écrit, nous vous demandons de participer... S'abonner à la revue simplement (Pour la lire sur le net mais ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l'ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l'accès à toutes les archives est libre : S'abonner Sommaire de ce numéro : Ostéo4pattes 48C - Juin 2018
  • Ostéo4pattes 48C - Juin 2018

    19 juin, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    En attendant après les rencontres une présentation plus soignée, voici en lecture le nouveau numéro de L'ostéo4pattes (cliquez sur Read Now, pour afficher en grand et pouvoir tourner les pages).
  • Osteo4pattes 48B - Mai 2018

    20 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    Sommaire Editorial/Libre expression Agenda/Annonces Réflexions Actualités du 4pattes VOS Actus Biblioboutik Article(s) abonnés ou tout (...) Nos Partenaires Editorial/Libre expression [1] . « Notre ministre de l'éducation dans un discours a balayé d'un revers de main l'apprentissage global de la lecture par rapport à l'apprentissage syllabique. Le premier étant selon elle inefficace. Souvenez-vous. Les chinois, apprennent en global puisque chaque mot est représenté par une image : un Idéogramme. Cette écriture d'apprentissage globale est portée par plusieurs milliards de personnes et par l'un des pays les plus puissants maintenant : donc inefficace ? ... Mais ... l'efficacité vous le voyez n'est pas en jeu. Ce qui est en jeu c'est que les idéogrammes sont traités par le cerveau droit. Celui de la poésie, de l'intuition, de la mélodie, celui de la reconnaissance rapide, des associations d'idée. Quant l'écriture syllabique, elle, est traitée par le cerveau gauche, celui de la rationalité, celui qui pour travailler a besoin d'un chemin logique, j'ajouterai balisé. Ce n'est pas lui, le cerveau gauche, qui a fait dire à Archimède « Eureka », c'est le cerveau droit. Ensuite le cerveau gauche a calculé la formule, mais l'idée princeps, est « tombée » du cerveau droit. Le haro sur la lecture globale est du même ressort que celui qui a longtemps en classe fait attacher la main des gauchers à la chaise pour qu'ils écrivent de la main droite ... Seuls ceux qui utilisent le cerveau gauche sont prévisibles, ceux avec le droit prépondérant ne sont jamais là où on les attend...insupportable. Il a existé jadis le fou du roi, il était le seul à pouvoir se balader dans son cerveau droit sans être réprimé. Ce rôle aujourd'hui est tenu par les artistes ... mais contenez le dans cette case je vous prie. Pourtant quand Olivier Blonz après une conférence sur les gauchers a demandé aux ostéopathes de la salle qui était gaucher (mal à droit(e)), le score était largement supérieur au chiffre de la population globale, le nombre d'ambidextres emportait largement la majorité. Alors de là à penser que la lecture globale et le cerveau droit sont nécessaires aux ostéopathes ...il n'y a qu'un pas ... Et dans vos réflexions vous pouvez alors resituer l'effort gigantesque fait pour restreindre l'ostéopathie à de la mécanique qui elle seule est rationnelle ...effectivement mue par le seul cerveau gauche. Donc tout est relié pour une entreprise de lobotomisation du cerveau droit... je vous laisse imaginer s'il y a un but caché ou une pente naturelle et irréversible. Pourtant une société basée sur la science (evidence based médecine) devrait s'interroger sur tous les eurekas de la terre, comme celui de Poincarré qui a révélation de sa célèbre formule en posant le pied sur le marche-pied de l'autobus. Le cerveau Gauche ne peut fonctionner sans que le droit ne lui serve de starter, c'est une réalité ... Et si ce n'est pas fondamental çà, c'est quoi ? Une science qui n'explore pas les limites d'une courbe, ne peut imaginer le stade suivant d'organisation du système.... et refuser à nos enfants l'accès à leur cerveau droit nous garantit la moindre occurrence de futurs Newtons qui en voyant tomber une pomme assemble leurs idées pour nous formuler la gravité ... Bravo monsieur le ministre, parier sur la linéarité de pensée de vos administrés plutôt que sur leur créativité est du court termisme de compétition. Mais on ne peut guère attendre mieux de cette société. Peut être êtes vous fier de vous, moi vous me faites pleurer. Patrick Chêne contact chez patrick-chene.eu Question, syllabique ou globale ? posée à un inspecteur d'académie : « Il n'y a pas de bonne méthode ou bien il faut mixer diverses solutions selon l'appétence de l'enfant.Certains voudraient interdire la reconnaissance de mots monosyllabiques (la loi) et détacher les lettres ((l+o+i !). Mais cela ne signifie rien ? Je me souviens avoir appris d'abord à lire le mot locomotive en 4 syllabes parce que c'était pour moi un long mot. Mais très vite je l'ai reconnu comme je reconnaissais une locomotive avec une cheminée en forme de L (donc globale), puis, très vite, j'ai « vu » la machine en voyant le mot et j'ai prononcé les 4 syllabes comme divers train qui passent, qui démarrent, qui sifflent ... Je crois qu'il faut revenir vers le sens, voire toucher le mot : locomotive. 4 wagons de lettres, c'est déjà un train.La reconnaissance du mot vient très vite ensuite. Donc, ni globale, ni syllabique, mais l'un ou l'autre selon le mot, l'envie, le sens, l'homonymie ou le toucher graphique, le goût ou la couleur (j'avais un crayon rouge au gout de fraise qui faisait très bien les R, comme dans FRaise. Il faut être souple pour apprendre à lire, aimer, jouer, rester curieux. Le vert sentait la menthe, comme le ver qui la mangeait dans le jardin. » A.C. Agenda/Annonces [2] Agenda Petites Annonces Prochains rendez-vous : Communication animale Niveau 1 (32) Communication animale Niveau 3 (09) Découvrir son intuition grâce à la communication animale. (42) Stage "Cheminer vers soi pour communiquer avec « l'Autre »" Parution du Tome 9 des fiches de L'Ostéo4pattes. Communication animale Niveau 1 (32) 13 ièmes Rencontres d'ostéopathie Comparée 2018 Réflexions [3] : A vos plumes ... Actualités du 4pattes : 13 ièmes Rencontres d'ostéopathie Comparée 2018 Parution du Tome 9 des fiches de L'Ostéo4pattes. Hors-Série N°1 du 4Pattes ! Autour des rencontres 2018 VOS Actus [4] : Recoil, la suite https://www.osteopathie-france.fr/o... Biblioboutik [5] : Article(s) abonnés ou tout public [6] : 48B-Tensions de Croissance Chez le Jeune Chien 48B-Toupti, le Terre-Neuve qui voulait de venir grand ! 48B-Amour Inconditionnel et Ostéopathie La Peau a t'elle une Mémoire ? (rés) 48B-Proposition d'approche thérapeutique de la thrombo-embolie chez le chat et MTC (rés) Un extrait (large...) du numéro : La revue complète pour les abonnés sur cet article : Osteo4pattes 48B - Mai 2018 (AS) (réservé aux abonnés, pour vous abonner : Catalogue de l'Ostéo4pattes) Et puis l'agenda 2018, cliquez sur l'image pour vous le procurer : Nos Partenaires : Marco-polo-direct Djooka * [1] Chacun est invité à utiliser cette petite plage de texte pour écrire ce qui le démange à propos d'ostéopathie ou bien de vie ... De même, la photo de couverture est une de vos photos à laquelle vous désirez donner une seconde vie ! [2] Pour être marqués sur cette page un événement adressé à la rédaction doit nous avoir été rapporté (prêt à copier-coller) avec une demande de publication [3] Toute réflexion sur la vie, la santé, l'ostéopathie est recevable ici, pourvu qu'elle respecte les autres façons de penser [4] Nous ne réalisons pas un travail de journaliste en quête d'infos sur le sujet, vous êtes invités à être pro actifs et donc à nous présenter vos événements et actualités sur l'ostéopathie animale [5] Regrouper dans ce site toutes les ressources pour un travail et une réflexion ostéopathique est du ressort de chacun d'entre nous, vous pouvez porter à notre connaissance les ouvrages, thèses, mémoires, textes papier ou Internet. [6] Tous vos textes sont les bienvenus quelque soit leur forme, leur façon de penser l'ostéopathie, le seul critère d'inclusion pour avoir un texte dans le 4pattes est votre envie de participer qui doit être plus forte que votre inertie ou votre manque d'intérêt pour le projet !
  • 48B-Proposition d'approche thérapeutique de la thrombo-embolie chez le chat et MTC (rés)

    20 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    Confettis, chat mâle castré, né le 1-1-1997, présenté en consultation pour une euthanasie le 25-3-2016. Le vétérinaire traitant a diagnostiqué une thrombo-embolie, la veille. Confettis présente une paralysie des membres postérieurs qui sont froids. Il est prostré et très abattu, ne bouge plus, semble souffrir. Les propriétaires , en larmes , souhaitent abréger les souffrances de Confettis, parce que « tout a été tenté ». Nous leur proposons de tenter un traitement en acupuncture, ce qu'ils acceptent Hypothèse diagnostic de la TEF en MTC Examen clinique de Confettis : Pas de pouls, Membres froids Douleurs à la palpation — > Ces différents symptômes nous invitent à poser le diagnostic de Vide de Yang, en particulier vide de Yang de Cœur, voir effondrement de Yang de Cœur. Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 48B-Proposition d'approche thérapeutique de la thrombo-embolie chez le chat et MTC Et oui, désolé, pour vivre l'ostéo4pattes a besoin de l'énergie de tous y compris financière, c'est grâce à cela que l'ostéo4pattes fête ses Treize ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit comme écrit, nous vous demandons de participer... S'abonner à la revue simplement (Pour la lire sur le net mais ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l'ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l'accès à toutes les archives est libre : S'abonner Sommaire de ce numéro : Osteo4pattes 48B - Mai 2018
  • La Peau a t'elle une Mémoire ? (rés)

    20 mai, par Ostéo4pattes-Vetosteo — N°48 - Printemps 18 (Rés)
    CAS CLINIQUES : Ils sont au nombre de trois : Cas clinique n°1 : Une jument espagnole de 7 ans destinée à la monte de dressage. La nouvelle propriétaire désirait un soin ostéopathique car la jument était très raide à gauche. L'examen ostéopathique a montré des dysfonctions au niveau des jarrets, de la sacro-iliaque droite, du dos, du temporal droit et des épaules. Au toucher de l'épaule gauche, sans intention autre que de poser la main, la réaction de défense de l'animal a été violente. La propriétaire relate qu'il lui est impossible de caresser ni panser l'animal à cet endroit même avec une brosse douce. Cas clinique n°2 : Un chien labrador mâle de 9 ans adopté à la SPA qui ne supporte pas d'être caressé sur la tête. Il supporte une ou deux caresses puis se met à grogner et mord si la personne insiste. Il est par ailleurs très gentil, pas du tout dominant mais les propriétaires sont toujours inquiets de sa réaction face à des personnes étrangères qui invariablement vont au contact du chien sur le crâne. L'examen ostéopathique a montré de nombreuses dysfonctions : crâne évidemment avec une réaction de défense juste au contact de la main, bassin, genou et coude droit thorax et cervicales et épaules. Cas clinique n°3 : Une chienne de race commune de 11 ans abandonnée à la SPA, très gentille mais qui ne peut être mise à l'adoption car elle ne supporte pas qu'on lui touche le dessus du train arrière au niveau du sacrum. Une simple caresse à cet endroit provoque immédiatement une réaction de morsure. L'examen ostéopathique montre des dysfonctions des 2 sacro-iliaques, des lombaires, des hanches (avec suspicion d'arthrose) des cervicales, du crâne, des épaules. APPROCHE OSTÉOPATHIQUE : Une interrogation kinésiologique au MRP de ces 3 animaux a fait apparaître en cause primaire des dysfonctions émotionnelles. C'est donc ce qui a été traité avant toute autre manipulation. Le traitement a été réalisé sur le thorax des 3 animaux en ostéopathie tissulaire somato-émotionnelle selon la méthode TRICOT. A aucun moment, le traitement primaire n'a porté, même en projection mentale sur les zones sensibles. De la peur principalement a été trouvée comme sentiment bloqué au niveau des organes et enlevée en même temps que la libération organique. Tous ces animaux ont relaté des maltraitances d'origine humaine et masculines. Les coups ayant été portés très précisément sur les zones intouchables : l'épaule gauche pour la jument, la tête pour le chien, les fesses pour la chienne. Après avoir trouvé l'origine de la maltraitance, j'ai demandé à chacun de ces animaux de pardonner à la personne maltraitante puis de l'oublier. Chaque animal était consentant. Le traitement ostéopathique s'est poursuivi en tissulaire sur les dysfonctions articulaires et organiques sans aucun problème. Les zones sensibles ont pu être touchées et manipulées sans aucune réaction de défense. RÉSULTATS : Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 48B-La Peau a t'elle une Mémoire ? Et oui, désolé, pour vivre l'ostéo4pattes a besoin de l'énergie de tous y compris financière, c'est grâce à cela que l'ostéo4pattes fête ses Treize ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit comme écrit, nous vous demandons de participer... S'abonner à la revue simplement (Pour la lire sur le net mais ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l'ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l'accès à toutes les archives est libre : S'abonner Sommaire de ce numéro : Osteo4pattes 48B - Mai 2018
  • Recoil, la suite

    20 mai, par Rémy Libre — Techniques Ostéo.
    Dans cet article, on parlera des différentes phases du recoi,l avec une explication plus poussée sur le mode d'action de cette technique. Les références viennent du livre « Le lien mécanique ostéopathique : théorie et pratique » écrit par Paul Chauffour et Eric Prat. Précédemment, nous avons parlé de la phase 1 qui prend en compte : la mise en tension, l'impulsion et le rebond. Voici les autres phases : • Dans la phase 2, l'ensemble des paramètres préalablement établis reste le même, nous rajouterons à ce moment plus de précisions, en effectuant des balayages verticaux, horizontaux et rotatoires. L'objectif sera de rechercher plus précisément la fixation tissulaire pour traiter avec efficacité. On peut l'appeler également « l'ajustement en 3D de la lésion ». • La phase 3 met en action le patient dans le cadre de l'ostéopathie humaine. Lors de l'inspiration ou l'expiration provoquée par celui-ci, la restriction se retrouve augmentée. En règle générale, la physiologie articulaire associe l'extension à l'inspiration et la flexion à l'expiration mais selon la LMO, elle, n'a pas d'influence sur la restriction tissulaire. Dans le cadre de l'ostéopathie animale, nous pouvons venir sentir une augmentation de la densité à l'inspir ou l'expir de notre patient. ON PEUT AJOUTER A CELA LA VISION METABOLIQUE : L'inspiration est en lien avec la phase anabolique (synthèse et assimilation), L'expiration est en lien avec la phase catabolique ( dégradation et élimination), Le système neurovégétatif sympathique stimule la phase catabolique, Le système parasympathique stimule la phase anabolique. Ces influences permettent de comprendre que nous pouvons avoir une action directe sur l'ensemble de ces mécanismes en utilisant le recoil sur une inspire ou expire, en plus du champ d'action biomécanique. • Sur la phase 4, on peut demander au patient de rentrer en apnée sur une inspir ou expir, ce qui n'est pas applicable dans notre domaine. Le but de l'apnée est d'augmenter la restriction ciblée qu'elle soit primaire ou secondaire. Il y a dans un second temps diverses phases dites de « respiration tissulaire », « mentalisation » et de « verbalisation ». Seulement la phase de « respiration tissulaire » rentre dans notre partie de traitement. Les autres demandent une participation active du patient. Nous allons quand même décrire leur principe car elles méritent réflexion et approfondissement au sein de notre pratique. • Phase dite de « respiration tissulaire » : elle comprend l'addition de tous les rythmes corporels (rythmes cardiaques, mouvement respiratoire primaire, l'onde de choc produit par les pulsations artérielles etc..). Lors de la phase 2, nous venons nous mettre en écoute sur ses mouvements, le recoil sera fait au moment où nous sentons l'augmentation de la restriction provoquée par l'écoute de ces derniers. • Phase dite de « mentalisation » : la praticien propose une visualisation d'un problème à son patient et effectuera le recoil sur la densité maximum. • Phase dite de « verbalisation » : on demande au patient de venir verbaliser son problème tout en le mentalisant. Le recoil sera placé dans le même cas lorsque la densité tissulaire sera à son apogée. Dans les principes de la Lésion Mécanique Ostéopathique (LMO), il est décrit que ces différentes phases peuvent être vues comme des dilutions homéopathiques. ➢ La phase 1 et 2 sont liées au physique, à intérêt local, ➢ La phase 3 et 4 sont liées au rapport métabolique de la lésion, ➢ Les phases secondaires sont en liens direct avec les libérations émotionnelles. Parlons maintenant des modes d'actions en incluant plus de détails. Comme indiqué précédemment, le recoil agit directement sur le système neurologique par sa haute vélocité et haute amplitude en stimulant les mécanos récepteurs. Les organes de Golgi placés sur les ligaments articulaires et les tendons. Ils captent la tension des structures, Les corpuscules de Ruffini enfoui en profondeur du tissu conjonctif et ainsi que dans les capsules articulaires. Ils sont sensibles à la pression tactile forte, Les corpuscules lamellaires de Paccini à l'envers se trouvent en sous cutanés, capsules articulaires,tendons, membranes séreuses et viscères (vessie et pancréas). Ils sont récepteurs de la vitesse et de hautes fréquences Les nocicepteurs organisés dans tous le corps, ils ont un seuil d'excitation plutôt élevé. Les sites de fixations des tissus ne seront pas forcément douloureux. Le recoil aura par action inhibitrice, via les récepteurs de Golgi, un relâchement des muscles entraînant la fixation. Les corpuscules de Paccini et Ruffini, vont créer une rétroaction musculaire libérant les cicatrices tissulaires et permettra de maintenir la correction durablement. L'ajustement par recoil restant sous le seuil d'excitation, la correction est sans douleur. La lésion ostéopathique étant une désinformation neurologique de la posture, le recoil aura pour but du reprogrammer la boucle réflexe et de ramener le bon fonctionnement physiologique de la structure traitée. • L'EFFET PIEZO-ELECTRIQUE • Définition : « Le terme piézoélectricité nous vient du grec « piézein » signifiant presser ou appuyer. Ainsi le terme piézoélectricité désigne la propriété que présentent certains corps de se polariser électriquement — soit de générer un champ ou un potentiel électrique — sous une contrainte mécanique. » Source : futura science « phénomène physique qui, lorsqu'on soumet certaines structures de type cristallin à des pressions crée à leur surface une polarisation électrique » source : lésion mécanique ostéopathique : théorie et pratique de Paul Chauffour et Eric Prat. Les fibres de collagènes et les os ayant des composants semi-cristallins, seraient potentiellement capables de produire un phénomène de ce genre. Son axe d'apparition se fait principalement sur les fibres collagènes. Dans le squelette, cet effet passerait par les contraintes mécaniques en utilisant les lignes de forces intra-osseuses. ET LES FASCIAS L'effet « streaming potentials » : Cette notion reste en cours d'approfondissement mais elle mérite d'être expliquée. Le streaming potential fait référence « à la différence de potentiel qui se manifeste aux deux extrémités d'un matériel poreux lorsqu'un liquide passe à travers ». Quand il y a contrainte dans un os, le liquide semble se répartir du côté opposé, donnant une différence de potentiel électrique. De part ce principe, l'os humide reconnaîtrait la charge dynamique du recoil et produirait un signal électrique. A vos marques...RECOIL Voir en ligne : Osteo'pattes N°3
  • Recoil, que fais-tu ?

    20 mai, par Rémy Libre — Techniques Ostéo.
    Le recoil, outil intégrant la panoplie des techniques ostéopathiques, prenant origine selon les archives du journal de l'école de Kirshville, via Andrew Taylor Still, il aurait utilisé une approche similaire à celle connue actuellement. Sa transmission aurait été faite par A.Bercker et R.Miller. Dernièrement, le recoil a été repris et ré actualisé par Paul Chauffour, ostéopathe français tout droit sorti de l'école européenne d'ostéopathie de Maidstone. Technique appliquée principalement dans la lésion mécanique ostéopathique (LMO), initiée également par cet ostéopathe et dans les traitements viscéraux. La lésion mécanique ostéopathique est une approche systémique qui permet de diagnostiquer par un système de balances inhibitrices, la dysfonction primaire à l'instant « T ». Les testings de la LMO sont représentés par des tests de densité tissulaire et non par des tests de mobilité ostéo-articulaire. Mais revenons à nos moutons, LE RECOIL ! Étymologiquement, il serait traduit en français par rebond, classé dans les techniques directes, puisque nous cherchons à accentuer la restriction de mobilité. Dans la LMO, il est utilisé sur toutes les structures du corps : os, ligaments, viscères, nerfs, artères, crâne, dure-mère etc.. 1- La mise en tension : Après testing de la structure, venir mettre en tension la barrière tissulaire se trouvant en densité. Le contact doit être ferme et fixe (fulcrum), il doit s'adapter à la résistance des tissus. Nous ne devons pas aller au-delà. 2- L'impulsion : On peut appeler cette étapes, la phase de correction. La main va exercer une vive impulsion dans le sens de la correction contre la résistance des tissus, perçue lors de la mise en tension. Le geste doit être doit de faible amplitude, ainsi que d'une grande vitesse. 3- Le retrait : On considère à ce moment que nous nous trouvons dans la phase passive de la correction. Ce mouvement est caractérisé par le retrait de la main de l'ostéopathe. L'objectif est de créer une onde vibratoire pour venir relâcher la structure ciblée et environnante. Le but n'est en rien de faire rebondir. Au niveau des effets du recoil sur la structure : nous avons les mécano-récepteurs des tissus qui participent à la fixation de l'articulation : Ruffini à travers la pression, Golgi par la mise en tension et Paccini réagissant par l'accélération et la déccélération se trouvant principalement touchés. Cette technique aura pour conséquence autant une action mécanique que neurologique, l'objectif étant de corriger la dysfonction tissulaire, qui corrigera seule la dysfonction articulaire. Le recoil aura pour conséquence d' inhiber la restriction de mobilité qui est un phénomène local, initié par une contraction musculaire anormale en intensité ou en durée, ce défaut de mobilité génère localement œdème et congestion, qui modifient les propriétés intrinsèques des tissus péri-articulaires, participant ainsi à la réduction de mobilité. Voir en ligne : osteo'pattes -mars 2018 N°2